admin/ décembre 19, 2017/ actualités

Les élèves de la classe de TS3 ont participé, le mercredi 6 décembre, à un débat La laïcité à l’École, en France, organisé par leur professeurs d’Histoire Géographie et de Philosophie, Madame Hertert Nigay et Monsieur Berthet, débat qui s’inscrit dans la continuité d’un travail initié dans le cadre de l’Enseignement Moral et Civique (EMC) depuis le début de l’année.

La place de la laïcité à l’école :

Le débat s’est ouvert par une question sur la place de la laïcité au Lycée. L’interdiction des signes religieux à l’École a suscité diverses réactions. Certains sont pour mais la majorité considère que les lycéens sont suffisamment matures pour ne pas être influencé toutefois une élève a précisé que si les signes religieux sont interdits à l’École, c’est pour protéger les jeunes du fait qu’au regard de la loi, ils ne sont pas majeurs. Par contre, l’unanimité s’est faite pour que les professeurs n’expriment pas leur religion car là, il y a risque d’influence car ils représentent l’autorité. Ils doivent donc respecter la neutralité. Ont été évoquées les écoles privées qui échappent au principe de laïcité avec notamment les cours de religion. Il a été précisé qu’à l’Université, il y a une plus grande liberté. Ainsi le port du voile est autorisé.

La place du fait religieux dans les enseignements a été évoquée. Les élèves souhaiteraient que cet enseignement soit plus important sachant qu’il faut distinguer croire et savoir. La majorité est favorable à un enseignement portant sur les trois grandes religions monothéistes qui sont des composantes de la culture européenne mais se pose alors la question de la faisabilité des programmes si on rajoute ces questions.

Les échanges ont ensuite porté sur la légitimité ou non d’un sapin de Noël au Lycée. Pour beaucoup, le sapin de Noël est un signe religieux. Pour d’autres, c’est une tradition, qui a certes des origines chrétiennes mais qui relève désormais du commerce. Un élève a précisé que le sapin de Noël du lycée Cuvier n’est pas choquant parce qu’il n’y a que des cadeaux et et aucun signe religieux.

La place de la laïcité en France :

Religion chrétienne / Héritage culturel / laïcité :

Le débat s’est ouvert sur la place du christianisme dans la culture française. Noël est perçu par beaucoup d’élèves comme une tradition culturelle, c’est une fête de partage. On le fête y compris chez les athées, chez les non-catholiques. Le Père Noël n’a rien de religieux. Certes on ne respecte pas l’égalité car c’est un jour férié. Il faudrait une égalité entre les fêtes des différentes religions comme par exemple avec l’Aïd. Pour certains, ça enrichirait notre culture. Pour d’autres, ce n’est pas possible car les autres religions ne sont pas majoritaires. Le calendrier grégorien pose aussi question car il est d’origine catholique. Pour certains, il faudrait supprimer les fêtes religieuses et le calendrier grégorien pour que la laïcité soit totalement appliquée en France car le christianisme prend trop de place par rapport aux autres religions.

Au terme du débat il apparaît que chacun a sa vision de la laïcité, qu’il est difficile de trancher sur ce qui est religieux ou culturel puisque la religion relève de la croyance mais aussi de l’héritage culturel, enfin que la France n’est pas un État laïque à 100% mais que la laïcité garantit la tolérance par rapport à toutes les religions et une juste cohabitation. Une laïcité à 100% semble impossible car les religions sont indissociables de l’Histoire des peuples et des Etats.

Ce débat fait partie des actions académiques dans le cadre de la journée de la laïcité :

http://www.ac-besancon.fr/spip.php?article7281#7281

Share this Post